Des élèves de l’EMA Vendée se mobilisent pour l’association Action Contre la Faim !

Dans le cadre d’un projet de groupe du programme de Bachelor 3ème année, quatre élèves de l’EMA Vendée, Adélaïde, Mathieu, Quentin et Florian, se sont mobilisés pour venir en aide à l’association Action Contre La Faim. Cette association intervient dans des établissements scolaires afin de récolter des fonds qui seront redistribués à des pays défavorisés qui souffrent de la faim partout dans le monde. Jusqu’à maintenant, 47 pays et 20 millions de personnes ont bénéficié de l’aide d’Action Contre la Faim !

Concrètement, comment Action Contre la Faim récolte des fonds ?

Le but d’Action Contre la Faim était d’organiser une course contre la faim dans les collèges le 17 mai 2019, journée nationale. Un ou plusieurs parrains, préalablement choisis par les collégiens, font une promesse de don pour chaque tour de piste que le collégien effectue. Quelques jours après cette journée solidaire, les jeunes ramènent à leurs professeurs les dons de leur parrain.

Cette année, l’association Action Contre la Faim, qui a vu le jour en 1979, a choisi comme pays bénéficiaire le Tchad qui, selon l’ONU, fait partie des 20 pays les plus pauvres de la planète. Action Contre la Faim intervient dans une région critique de ce pays, le Lac Tchad, touché par de nombreux conflits notamment entre le Nigéria et le Tchad et par des groupes armés tels que Boko Haram.

« L’idée de devenir bénévole d’Action Contre la Faim nous est très vite venue en tête quand il a fallu mettre en place un projet. Effectivement, quitte à s’investir pour une cause, autant qu’elle soit bénéfique à des personnes qui en ont besoin. D’autant plus lorsqu’on connait la situation de certaines populations actuellement. Etant 4 passionnés de sport, le principe d’Action Contre La Faim était en parfaite adéquation avec nos idées et nos envies », précise Mathieu.

Suite à cette réflexion les quatre étudiants ont pris contact avec Julien Foussard, chargé de projet jeunesse dans les académies de Nantes, Orléans et Tours.

« Julien Foussard était agréablement surpris que des étudiants souhaitent défendre un projet en faveur d’Action Contre la Faim. Il nous a donc encouragé et accompagné dans notre projet », souligne Quentin.

La première étape pour tout nouveau bénévole est une formation d’une matinée sur le discours à tenir lors des journées de sensibilisation auprès des collégiens, sensibilisation indispensable avant la course. Les bénévoles sont informés de la situation actuelle dans le pays aidé.

« À la fin de cette matinée, Julien Foussard a distribué les outils que nous allions utiliser lors des journées de sensibilisation. Il y avait un support numérique avec des images et une vidéo ainsi que des objets physiques tels que des tee-shirts ACF, un plum peanut (médicament que l’on donne aux enfants qui souffrent de la faim) et un périmètre brachial que l’on montre aux élèves : à chaque présentation, les collégiens sont stupéfaits de la très petite taille que peut atteindre le bras d’un enfant malnutri », affirme Florian.

Un moment clé : la sensibilisation des collégiens

La deuxième étape concernait la journée de sensibilisation pour laquelle les bénévoles se déplacent dans les établissements scolaires.

« Pendant une heure, nous avons utilisé les outils fournis par Action Contre la Faim pour présenter la situation et le rôle de l’association dans les pays qui souffrent de la faim. Ces outils nous ont permis d’interagir plus facilement avec les élèves. A cet âge, ils se posent beaucoup de questions et ce format de sensibilisation rentre parfaitement dans un cadre pédagogique car il correspond à leur programme scolaire », relève Adelaïde.

À la fin de cette sensibilisation, les livrets solidaires ont été remis à chacun des élèves afin qu’ils puissent inscrire le nom de leur « parrain » (donateur).

Le jour J de la Course contre la faim

Le 17 mai, la journée nationale de la course contre la faim, tous les élèves se sont donc mobilisés pour effectuer un maximum de tours de piste au profit d’Action contre la faim. Chaque élève étant libre de faire ce qu’il veut tant qu’il s’amuse. Il n’y a pas de classement final : les participants peuvent donc courir, marcher et même se déguiser s’ils le souhaitent. Le tout dans une ambiance festive.